Skip to main content

Explication du thème

Comment interpréter le thème de l’Assemblée ?

Le thème de l’Assemblée, « Un seul corps, un seul Esprit, une seule espérance », s’inspire d’Éphésiens 4,4 : « Il y a un seul corps et un seul Esprit, de même que votre vocation vous a appelés à une seule espérance. »

Un seul corps

Cet élément représente notre relation en tant que corps du Christ, une relation enracinée dans l’amour du Christ, centrée sur sa croix et sur notre vie sacramentelle commune, une union au service de la création de Dieu. C’est une illustration du corps du Christ qui se réjouit collectivement, libéré par la grâce, les bras tendus vers le monde dans une mission holistique. Elle nous rappelle également qu’un lien indissoluble nous rattache aux autres et à l’ensemble de la création. Nous voyons là un esprit d’accueil et d’hospitalité, à l’image de la ville de Cracovie et de l’Église évangélique de la Confession d’Augsbourg en Pologne, hôte de l’Assemblée.

Un seul Esprit

Cet élément illustre notre lien dans et par l’action du Saint-Esprit. La colombe représente le Saint-Esprit qui nous déplace, insufflant un renouveau dans l’Église, dans nos communautés et dans le monde. La colombe est également un symbole de paix et d’unité, qui s’inspire du thème du texte biblique de l’Assemblée, Éphésiens 4,3-4. Cette image de l’unité de l’Esprit par le lien de la paix est un rappel de l’œuvre transformatrice de Dieu en matière de justice, de paix et de réconciliation.

Une seule espérance

Cet élément représente l’espérance que nous procure la foi, enracinée dans le Christ. Une espérance qui jaillit comme les feuilles d’une branche, porteuse d’une vie nouvelle. Les trois feuilles représentent la théologie trinitaire luthérienne. Combinées à la branche, elles reflètent l’attachement de la communion d’Églises de la FLM à la justice écologique et économique. La branche de ce dessin est une référence directe à la branche portée par une colombe dans le logo de la FLM, ce qui permet de rattacher les thèmes de la réconciliation par la défense des causes et le dialogue à l’intendance de la création.